• Accueil
  • > Recherche : mile pissenlit
( 29 mars, 2011 )

Miau d’ coché – cramayote – confiture de pissenlits

confrerie.jpg

Haut–hisse ! Les bitons , le 3 d’avril dans l’Aisne ( à OHIS en terre de Thiérache) , c’est la fête du pissenlit .
Kanentelos-Entre 16 & 17 affirme  : En charente aussi , on « s’aime » à tout vent ! Et nous vous  emportons dans le vol poétique autant que bucolique des akènes plumeux .

Le vent et le patois de notre pays vous confient ici la recette merveilleuse du « Miau d’coché » ( Miel de pissenlit ) Plante dite aussi «  Baraban » en Forézien et en parlé gaga , mais surtout « Cramayots » en cette langue d’Oïl  tout comme la notre, qu’est le parlé Franc Comtois.

Cette confiture: LA CRAMAYOTE confiée ici en Chérentais est une spécialité de nos amis de Franche Comté .

O faut alé quéri des fieure de coché , in jhor de grand soulail , o pius châ d’la jhôrné . Vous fassé bin sur, coume o vous agrale , mé ramassé sus les barnes , vout’ bouilliture ara l’goût d’feizire et in fieuranjhe de pot d’chap’ment . Dans les fau-rang d’veugne ( la voure les coché v’nant in cot sus deus , et qu’ol é point in mirak’ !!! ) o s’pauri que vout’ cramayote séyisse ine vré bouillie bordelaise de chez Monsanto ! Dont , le meu , o s’ri o mitan d’ine pianche d’arbe , sus l’urée d’ l’ Antenne oub’ dau Né , vour beun de la Chérente , a moins qu’o seyisse en payibas , au long de la solouère .

Saquez dans vout’ baqué in demi mile de thiellè fieure jhâune copé ras la quoue . Fan de loup , in d’mimile , ol en feit des fieure !!!! Min-me en thieuyant rinque des grouses !!!

Si vous eite beuneize en vout’ endret , asteur , teurché in p’tit d’ombe ( s’ol a des feuilles) , posez vous d’assiant et mettez vous dont à l’uvrajhe d’outroumé le mé possibye dau vart qu’ol a-t o thiu de vout’ racolte ol é pas de c’qu’ol a de pius bon ! Amprès …… fazez in sonjhe oub subiez ine chansounette , fasez sabé ine jhitte de frâgne ( ol é l’moument , la sève monte de thiés temps ). Thieu por déssi qu’ol o pus reun qui presse, asteur que vos fieures sont en vout’ panéd’boué.

Rendu t’a la meison , éparez vout’ ar’colte sus ine geuneuille prope , deyior, abrié dau soulail. Thyitté les musset s’arraché d’là . Tout in moument encouére peurnons nout’ temps , jhe sons point  préssé t-en reun !

comtois.gifDans n-ine bassiote à l’aspré , nijhez vos fieures aveuc in coubye de lite d’ève , de la boune, qu’éssame pas la punénaisie de jhavel ! Copez z’y otout 2 citron et 3 poume d’orange en rouelle . O va falouère rasté ine heure de r’lojhe aveuc in’ éthiumouére peur acaché sus les fieures , qu’al rastiant beun nijhé sous l’éve à min-me de bouilli . O va vous vassé m’en doute…… Brsst , fasez dau meu qu’o s’ra possibye .

Amprès thieu, fasez  beun sailli l’ jhus qui s’ra dans les fieures , tant mé qu’o s’ra possibye et dounez les o poules . Fitrez le jhus et l’bouillon en ine passette . Ol é a thieu moument qu’o convint d’ajhouté 900 grammes de suc. Fazez thieure por qu’o caille , quéyiment troués quart d’heure- ine heure .  A vous d’vouére coume o s’passe !

Por z’ou meite en pot , me sembye que tout l’monde queneu . D’azard , vu que thielle cramayote é ine afeire bin fine qu’o fauri pas manghé à pienne goule coume des gorets ( en vous raspectant ) ol é meu d’avouère des p’tit pots . Et fazez me l’piaisi de piacré o thiu d’ chaque d’in , ine feuille de baume la goule en bas .

Si ol é fin bon , savau qui qu’o faudra ar’marcié ? Si ol é rimé oub’ qu’o sembye à reun , savau qui  étou qui z’ou ara gavagné ?….  hé …. Peurdi !!

l’goût d’feizire : Par opposition au goût de « retourne z’y  » ( comprendre  fait zire )
L
es fau-rang d’veugne: espace en-herbé ou pas , séparant deux rangs de  ceps de vigne. 
outroumé : Enlever, découvrir, écarter , faire disparaître.
fasez sabé ine jhitte de frâgne : séparer , décoller l’écorce d’une jeune branche de frêne.
 
Poume d’ orange en rouelle:  Fruit de l’oranger coupé en rondelles (comme une petite roue ).
Por qu’o caille:  Pour que l’ensemble  se solidifie:  en gel , miel ou confiture et jusqu’à la pâte de fruit. 
Ine feuille de baume : Feuille de menthe, rappelez vous  l’expression  » meite de la , dau baume au thieur et vous réaliserez l’importance de ce petit détail culinaire .
Cramayots. Le weeb master ne peux éviter de rapprocher ce mot  avec notre mot « cramayière  » et d’entrevoir dans  les deux cas les formes dentelées  caractéristiques des feuilles de pissenlits  Mais le vent emporte les rapprochements du weeb master , tout comme les akènes duveteux de nos « coché ». Brssst ……..



Publié dans patoigraphie par
Commentaires fermés
|