( 9 février, 2011 )

Les creux d’gueurlets ( émolé-rimaghe)

 

 

Jh’étions néssus la min-me an-née,
de thieu villaghe dau paybas.
Lé, al étit la feuille Gueurnet
et moué l’drôle de Bénurâ
In jhor de fauche, fazions qu’neussance.
Dau dépeu qu’tu peuvi marché,
tu seugis ta mère sans y thyitté la manche
et , por arantel’lé, sur qu’o l’achalait.
Jh’étis caniché à l’ombre d’in pilot,
jh’dordayis, les bots sus l’ grand baqué
vour qu’ol avit, l’ à- bouère , les poumes , pis l’migheot .
Ol a beun falut , por se désenfarjhé
que ta mére t’empougne, te mêune por le bras
En l’dâr thieu beurganâ vour jh’étis si beunaise.
T’as dont beûlé ton saôul , o te conv’nis pas !
Jh’t’é tirâgné les piôts … por que tu t’taise…
jhe nous sons battus coume deus balerits,
jhe nous sons mordus, cougnés et griffâgnés!
O bout d’in moument, quand o fuyit fini
les sarraus et les ch’mises étiant beun éralés.
Les poummes d’ la colation s’trouviant écrabouillées ,
dans le mijheot o bali d’la palenne ;
L’à-bouère, sus la fenâche étit tout éparé !!
Peur le p’tit colation, ol en é pus la peine.
En quéyiment rin d’temps jh’nous sons ramités.
En coursant les saut’raux , jh’nous sons arachés
de thieu si biâ pilot qu’jh’avions  écrabouillé !
Rendus o bout d’la veursenne , nous v’la , asteur à nijhassé
Aveuc chaque d’ in, in brin d’palenne, jhe fasions sailli les gueurlets
Gueurlet-gueurlet , sailli dau creux, vour la feurmi mangh’ra tes eûs
Gueurlet-gueurlet , sailli dau creux, vour la sarpant mangh’ra tes eûs

Jh’alions tout deus’ en quiasse en seugant le min-me routin
Jh’m’en sauvis tourjhour un p’tit , peur t’appouranti en ch’min.
En traveursant thiés les vilaghes , quant o s’trouvit de vouér thieuqu’in
tu te piéjhis , drôlesse bin saghe , jhe peurnis mon bounet’à la main.
Quand jh’étions enfin rendus , tu m’thyiti sous l’préau des gâs .
Dans n’ine ronde aveuc les drôlesses, tu viri jusqu’à chère à bas.
Nous ôtes, jhe nous galopions t’ à l’entour des troués tileuls,
Bin souvent , in d’nous chéyi et s’emporti la piâ dau gh’neuils.
A la sortie , o cot d’subiet, vers les quate coins de nout’ endret
tous thiés les drôles qui s’épariant sembiyant d’la gueurne de coché
que l’vent’ éfeune en buffant . Jhe nous rendions , tout éjhoslés ,
vers les vilaghes en bedassant , mussant en ch’mins , dans les foussiers,
dans les palisses , sus les héraus , nous arreutant pour reun ,
sus la solouére, gassouyant l’ève ! In souèr de min-me , m’en souvins beun
o fasi t-in soulail de pion . Tu m’bireuyis drèt dans les euils.
Jh’nous sont appoués sous n’in peupion . Ton cot’yion r’monté o gh’neuils
M’a feit roud’jhi vit’ment les jhottes . Tu reuyi en t’frognant cont’ moué
Z’ou fali point , foutue sote !! Jh’nous sont rôlés , ine foué de mé
La jhènesse n’a point d’enfarghe …La luzarne fuyi gavagnée
sus in mitan , apiatuchée !! Asteur , jhe n’osions pus nous causé
mé nos euils n’en disiant yière moins . A pia-vente sus le pelon ,
t’échafôrit in creux d’gueurlet en subiant thielle chanson,
Gueurlet-gueurlet , sailli dau creux, vour la feurmi mangh’ra tes eûs
Gueurlet-gueurlet , sailli dau creux, vour la sarpant mangh’ra tes eûs

Ol a pas d’mandé long-temps peur appouranti tous les gueurlets
qui loghiant dans thieu carré . La luzarne n’en ari queurvé
à fine force d’ teurpé en son mitan ! Thielle chanson de garnements
qui s’empougnant dare in pilot , thielle chanson de jhène ghens
dans l’r’gain qui s’lichant les balots , jhe la chantuse bin souvent
quant’ subiyant les gueurlets . Le monde se d’mande quant y m’entend
si jh’ari pas l’calâ peuté ! …………..Si jhe s’ri pas ébeuziyé ?
Gueurlet-gueurlet ,sailli dau creux, vour la feurmi mangh’ra tes eûs
Gueurlet-gueurlet, sailli dau creux,vour la sarpant mangh’ra tes eûs

Célestin

Publié dans patoigraphie par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ Les creux d’gueurlets ( émolé-rimaghe) ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|