( 26 janvier, 2011 )

La veurmine é sus les moghettes .

Extrait  des «  contes de chez l’ peuruquier » de l’incomparable Paul Yvon  voici encore l’une de ses farces, si remarquablement transmises et qui plaisent tant aux visiteurs des pages d’entre 16 & 17 .
Même si «  l’ peuruquier s’exclame »   à la fin et demande que l’on ouvre la porte a 2 battants pour laisser sortir une blague aussi énorme , sans doute  cette histoire n’est elle pas aussi incongrue  qu’elle peut sembler au premier abord .
En effet, le légendaire traditionnel  de nos charentes donne raison au «  Beurchut » et c’est sans doute en référence à ce mystère que notre grand barde, conteur documenté, place des  »bestioles » dans les sillons d’ haricots grimpants . Enfin …. à 2 battants quand même !!!!
Pour prendre connaissance de cette référence au légendaire du bestiaire aquatique , RDV  sur le forum , vous y trouverez aussi un petit lexique des mots les plus particuliers de cette histoire . 

O y avait déjha in bon moument que Ghédéon attendait son tour de s’faire couper les piaux , sus thieu banc, avec ine dizaine de jhobroux coume li ; pac’qu’o mouillait d’houére à pien temps et qu’ol est teurjhou le moument que les pézans choésissant peur aller chez l’ peuruquier. Coume thieu i peurdant pas d’ temps ! Ol arrivit le vieux Tumi, avec in sat sus l’échine peur se garder l’abri.
—  » Enfant d’ guiarce, qui décit, jh’ai ine boune récolte thiette neut . Jh’avis tendu ma bourgne et à matin jh’avis t-ine dizaine d’anyilles…. et des belles ! »
— « Ah beurnacion ! qu’o s’ébraillit Ghédéon, me parlez pas de thiellées bètes, jh’en seus t-aziré peur le restant d’mes jhôrs.
—  » Et coument thieu ? qu’o d’ mandirant l’monde.
—  » Eh beun jhe vas vous zou raconter, qu’o décit thieu gars. O y’a d’thieu dans les trouès ans ; jh’avis, dans la motte darrière chez nous in biâ seillon de moghettes ramantes thy fasiant deux mètes de jhaut, le long d’in foussié.  Al étiant belles… des goussâs longs d’minme ! avec des moghettes grouses coume des ayants. Dépeux thieuques jhôrs jh’avis r’marqué que thiellés goussâs étiant gavagnés toutes les neuts et thieu de més en més . O couminçait à avouér dau dégât.
—  » Mais qu’é tout qui fait thieu ? que jh’me désit teurjhou, mais o va pu m’en raster! »
—  » Eh, tu voués pas  qu’ol est les rats d’eau « , qu’o décit ma beurgheouèse.
—  » S’ol était les rats d’eau , que jh’zi répounit , o y’arait des crottes et des creux dans l’ghit dau foussié . »
Mais reun de tout thieu et toutes les neuts ol était d’pis en pis. Coume la lune était à son piein, qu’o fasait quiaire coume de jhôr, la neut d’amprès jhe m’leuvis sus l’cot d’minneut et, sans faire de potin, jhe m’approchis de thiellées moghettes. Jh’entendis ramigher dans la tête de thiellées rames.
—  » Et à c’t'heure, qu’é-toutthy fait thieu ? » que jh’me disit.
Jhe m’approchis pus près . Ah mes émits, si vous aviez  vouéyut thieu ! Des anyilles, des anyilles , des anyilles dau foussié ! O y’en avait més d’in cent . A s’torsiant dans la tête de thiellées rames coume des sarpents, cré bourgues ! Jhe courus chin nous, jhe réveillis ma femme en zi disant : Vins dont bin vite ! Jhe peurnit in sat et nous vouéla, tous deux dans thieu seillon d’moghettes, à récolter des anyilles. Ma femme parait l’ sat et moué, ente mon pouze et ma lame de coutâ, jhe péchit dans l’pilot . Mais avant d’arriver au bout, le sat était déjha d’mi- pien . O y’en avait més d’cent lives et ol a follut ma berouette peur z’emporter chin nous. Ma femme n’en a fait des consarves… Jh’en avons manghé pendant més de deux ans. Jh’en étion si tellement azirés que jh’ai-t-été jheter le reste des bocals dans l’bout d’in foussié !
—  » Ouvrez la porte , à deux battants !  » qu’o décit le peuruquier.

Publié dans patoigraphie,patois audio par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La veurmine é sus les moghettes . ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|