( 19 janvier, 2011 )

La dounation dau mistu .

Sous le règne de Saint Louis, Rutebeuf donna aux lettres Françaises quelques oeuvres d’importance, encore connues et mises en valeur par nos artistes contemporains . Léo Ferré a puisé largement et avec bonheur dans son oeuvre et assemblé quelques morceaux . « Pauvre Rutebeuf  »: Que sont mes amis devenus – l’amour est morte – Ce sont mes amis que vent emporte ……Nana Mouskoury , Joan Baez et quelques autres ont chanté les mots de  Rutebeuf , plus de 700 ans après la mort du trouvère.

Parmis ces nombreuses oeuvres , un fabliau  : Li testament de l’asne , difficilement accessible dans la langue de l’auteur mais dont une transcription en français moderne a séduit  » ine paure caboche de chérentais  » qui , au plus près de ce qui lui a semblé être la trame et  l’esprit de Rutebeuf , mais dans  » l’ jhabraille des bitounes et des bitons de thieu long  » , vous propose , sous une forme théâtrale  , en quelques tableaux et dont le lexique est [ici] :

LA DOUNATION DAU MISTU

 LES PEURSOUNAGES :

    In beurdindin, cracheu d’fiames oub’ out’ sorcelaghes, contant la beurdas’ri et meneu dau jheu de thielle fabye .
    Garnier : in valet pien coume in’ eutrâ
    Gautier : in out’ valet pien l’y étout
    Sire Baudouin, Maît’ de l’endret, baron dau chatiâ
    Marion, ine fame de la tare
    Père Simon, thiuré, maît’ dau mistu , rapiâ outant que crassous
    L’Evêque, un mange benasse si o n’en a t-in
    Robert, ine reigne encruchté emprés l’évêque
    Reinard, ghens d’arme de l’Evêque
    Reignes , encruchtés amprès mait’ Baudouin
    kierjheons  et porteurs dau carcueil dau mistu
    « Peur reigne o faut comprenre parasite , tique, mais aussi courtisant & pique assiette »

L’ENDRET VOUR O S’PASSE : [L'adret dau chatiâ t' à Mait'Baudouin . En l'darre , le maît' de l'endret , d'assiant sous ine caburotte en gueneuille . Virounant de cont' , thieuques reignes d'au maît' bavavassant aimabyement . En peurmier, sus l'd'vant , in beurdindin se met à huché au monde .  Deux valets ben charghé d'vinoche, coumençant à z'y teurché des pouilles et des en-neus ...]

Avant qu’o coumence : jheu dau beurdindin (fiames jhonguieurie oub’ out’ tour de sot )

LE BEURDINDIN : Farmez vos goules , ghentes dames et ghentils seigneurs, écoutez me beun !  Sans ment’rie, jhe veuris vous conté si vous m’en acoutez in p’tit , des affeires qu’ale z’ allant tapé la goule au mé bavasseur de vous ôtes . Mes maît’ , jhe seu in barde et in ménestrié , otout je va par les païs, les bourgs et les châtiâs…….

GARNIER : [Le boulant] Arache tu rabale beurne , ghormant et feugnâsse tous les jhors de l’an-née, gare te dau ch’min , t’ara mé d’allant chez l’bistroquet.

LE BEURDINDIN : Apacié te dont que jhe te dési  vilain, tu comprend reun , thiytte moué causé, jh’ai vu mé de chouses que jhameis tu n’en vouérras, bin mé que jhameis jhe pauri n’en conté. Jhe seu dau pays des binloin  jh’é trainé mes galoches jhusqu’à vout’ endret . Jhe vin dau païs d’ Artois, de thieu des Albigheois, de Beurtagne et otou d’anghyieutar, jhe me seus rendu t- à Pavie, aussi beun qu’à Paris. Jh’é seugué la ligouére et jh’é copé peur l’ Pouétou…

GARNIER : Et t’a v’nu chère ithiy , beurnensio , s’rit tu point n’in voleur par dié ! et bin sur, tu va nous baillé rinque  fariboles et mouveises paroles. Arraches tu d’là, vour tu seras bellement rossé !
LE BEURDINDIN : [apouranti ] thiyté me conté moun’ istouère ; si à la parfin o vous agrâle pas , jhe veux bin m’en-sauvé ! mé me fazez point d’mau et thyité me eite !
GARNIER : [A son compère] Gautier, entends tu bin thieu trine-charré et sonjhe tu coument y m’achale aveuc ses menteries. A-t-on jhameis vouéyu ithyi in fiandrin d’minme ?
GAUTIER : Baille z’y don in cot pougne sus l’musiâ ! Coume jhe l’voué , jhe cré bin que, dau calâ , y l’é mé beuyot, qu’in beitiau en pâture.
GARNIER : Teins dont [ y l'envouéye ine taloche ] , ar’ tourne chez toué  et raste z’y !

LE BEURDINDIN: Ah !…ma doué , me laisserant-y causer ? Que les careuils te manghiant les euils, que les maux des ardents te sabiant la piâ . Coument te châfre-t-on, toué qu’a l’chet âre coume ine piare ?
GARNIER : Euh…moué? : Garnier……… ine tête de piare !!!!!??
MAIT’BAUDOUIN : Holà, faillie servaille, feire des quatu quatu en mon chatiâ ! Que Messire Saint Guy vous fasse sautiquer la ghigue . Coument osez-vous chassé thieu bon baladin qui vous a encouére reun feit ? Teurjhou,  à jhonguieurs, baladins, trouvères et méneustrels, j’ai baillé boun’ athieuil ;  jhameis ne changheri d’coutume.
GAUTIER : Ah, nout’ bon maît’, ghentil ch’vayié, ol é est pas in trouvère que ce ringheur de pain-là, bin mé in bailleu de mouveises paroles, en varité.
LE BEURDINDIN : Sire nout’ Baron, très cheval’reux champion, vous qu’ êtes le prince de thielle assembyée, vous chéyiez beun à point pour copé thieu méchant tapaghe de thiés  les grateux d’écoumins.  Jholi seigneur, me thiyt’ra -t-on feire mes cont’ries?
MAIT’ BAUDOUIN : [devant l'monde ] jhonguieur, jh’allons savouére  si ‘t’es in barde outant vaillant por ce qu’ol é des fabyes que tu z’ou beurlande ! Thieu biâ monde alant tapé leu goules . Par la foué de mon charcoi , ol a pas de ghens meu néssu en thieu l’endret. Chante por thiés là,  jhonguieur , et si t’é bon y te bailleront des deniers ou bin in’ mantiâ .  Si tu chantes la ghore y te bailleront dau roubillou…
GAUTIER : Et pis nous….. jh’alons bouére in cot

Fin dau coumenc’ment
1er tabiâ

LE BEURDINDIN :  Qui veut passé en beun peur la goule dau monde et seugre le routin de fame Fortune encontrera bin des en-neus . Les maudisants ne manquant pas, qui, pour in reun, z’y teurchant des bise bille , et les envioux viroun’r'ant à l’entour de l’y . Si boun’ houme, si jhenti qui séyisse , pour dix d’assiant à sa tabye, ol en ara six losses de pèye et beun neuf envioux peur le moins. Thiés les mondes là, dans soun’ échine, ne l’aimant yière mé qu’in eû ; mé peur d’vant, y z’y fazant l’afrairie, chaque d’in l’y dounant razon dau chet . Coument pas le jhalousé quand thiés les qui se gobarjhant à sa tabye ne sont reun d’oute que varmines et sarpents ? Coument s’rit tout diférament : ol é la jhuste varité !!
[au long de thiès orénus , Maît Baudouin et sa grouée de reignes se yissant à la ralette la vour ol é pas éthiairé d'chandelle (jheu d'éthiéraghe)]

2éme tabiâ

[ Gautier et Garnier ar'tournant , teurjhou avinochés. Aveuc z'eux : Marion, ine jhène copeuse d'achet bin à l'engrais et à la goule fieurie...]

GARNIER : Garce de fumelle, vin t’éjhoslé aveuc les bons bitons d’thieu long, vin donc bouère aveuc nous ôtes !
GAUTIER : Eh, Eh ! La jholie drôlesse. Ol est point Carême à-neut !
MARION : Oh tout doux, [o monde :] l’bon yieu  doune in biâ jhour. Peur la Sainte Peursoune, je ne beuvoch’ri point !
GAUTIER : Ah, je cré de t’ni in feurmaghe, tant que jhe tins dau lard piaisant . Vins ça, ma boune , moun’ aimabye , et fasons d’émitié [ y l'apoue son bot sus le son ]
MARION : Eh acri d’areugne, mouveis ribaud, oute don thielle galoche , peur in p’tit tu m’écrabouill’ri. O faut que t’ éyisse peurdu le sens pour avouére des songhes de minme à l’ houre voùr qu’n'on chareuille in défint o cémentière.
GARNIER : Ah thieu, les bitons, le gros thiuré Simon meune l’ entar’ment !

[La çarémounie cope le pianché devant l'monde  . En peurmier, le thiuré Simon meloune les vigiles des morts. Deus ou troué kiérjhon et six bitons forts coume des beûs pourtant à grand'mau in carcueil grand à sufisance peur z'y fauré troué définté . Dau temps qu'o processioune , Gautier et Garnier outant les bounets et bireuillant leu soteuilles . Marion se sine et babinoche ine peurière]

GAUTIER : Ah thieu , peur Saint Gharmain, ol é in biâ entar’ment . Mé qui étout ? Qu’  étout qu’a bazit ?….. O faut bin qu’ol en ayisse in !
GARNIER : Et thielle bouéte  si grande, al’ serit encouére trop grousse peur le grous thiuré,  mime si qu’ol arit tout son pilot d’biâs éthius aveuc l’y  .
MARION : Vous avez boune mine de songhé à thieu définté ; tantôut vous sonhiez t’à oute chouse , ine pougne crampounant le poté et l’oute sus mon jhabot !
GAUTIER : Meuchante garce que t’ é, que la picotte te sabe la goule ! T’en sais bien mé que tu veuri feire acrère de thiés les affeires beun émervéyiabye.
MARION : Vouais peurdi , ol é peur son mistu « Baudouin » que le grou thiuré chante la meisse.

VOUÉ « OFF » DE MAIT’ BAUDOUIN : Y me piaît yière, thieu châfre que tu dounes à thieu l’animeau , jhonguieur de beurdindin !
LE BEURDINDIN : Euh… à moinsse qu’ o séyisse Martin !

GARNIER : la baurique dau thiuré…
GAUTIER : … Martin !
GARNIER : Non ?
MARION : Si feit beun !
GAUTIER : Et y z’y chante ine meisse …
GARNIER : L’ bêtiau s’en éra -t-y en l’paradis ?
MARION : Piâ d’sot d’ Garnier, t’ es pius sotrâ , que jhameis ne l’séyi l’âne Martin, qui sarvi son thiuré t-au long de vingt an-nées : En a tout jholiment des sarviteurs de thielle aspèce ?.
GAUTIER : Thieu thiuré mau-créyiant à minme d’enfouilli in mistu en tarre bénite au biâ mitan des chrétiens !!!!!!!
GARNIER : Si thielle affeire se beurlande …
MARION : Ol é tout coume s’ol éti déjhà feit !

[En jhavassant les troué débarassant l'pianché . De ce qui va seugre se pass'ra asteur à la demeurance de l'évêque. Min-me mirolaghe que chez maît' Baudouin à des babiuches près : peur exempye , fauri outroumé in drapiâ oub' in tabye ...]

3eme tabiâ

LE BEURDINDIN : Le thiuré Simon étit chet dans ine boune paroiésse. Y z’y empyissait de grande piennes chauses d’érghent et de jhaunet . En avit-y des bezants, et pis des robes !  Y l’avit des pianchotrâs piens d’ bié et y savait les vende , au bon moument et peur grou d’érghent. Peurtant , mime le piu grand de ses émits peuvit reun avouére de thieu rapiâ , de thieu crassoux . Son mistu dau loghis, amprès l’avouer beun enrichi, s’trouvi de feire ine queurvaison à cause de son grand âghe . Y z’y tenait à thieu bétiau ! Si tant et si bein qui peuvit point l’enrochir ni z’y feire écorché la piâ peur la vende . Y le pourta t-o cémentière ………………….ôte houme étit son’ évêque ; point avare ni envioux, mé in p’tit yière ménaghé , aveuc thieu aimabye et beun apris

[Au chatiâ de l'évêque. N'on bouet des moques aveuc thieu bon prélat .] 

SIRE ROBERT : A la boune voute, mon seigneur l’évêque, que l’an-née vous séyisse boune et que nout’ Sire Jhésus-Chrisss vous teune en sa Sainte Garde.
L’EVEQUE : La grand’ marci à toué, sire Robert, et que Notre Sire garisse thielle mouveise fièvre qui me tint si mau-allant.
IN COURTISAN : Yieu z’ou féra peur l’émour de nous teurtous et pour l’émour de vous en peurmier . Ol é a peine créyabe que vous seyiez maladant tant vous montrez de jhoué, et ol é grande vartu que de gobarghé ses bons émits .
L’EVEQUE : Jhe peuri point rasté o châ dans mes linceux avour qu’ o me visite in seul houme de bin. La compagnée de bons chrétiens vaut beun, je zou cré , thielle des pius bons cilurghiens .
ROBERT : Ol é a cause que voute meison est piène tous les jhours. Créyez me, vos ghens vous aimant beun et quoué qu’o sèyisse  qu’o vous manque , vous s’ri sarvi de bon thieur .
L’EVEQUE : Peur le cot jhe seus jholiment sarvi, mé le piu souvente foué,jhe seus sarvi d’ dettes! Thieu qui trop dépense douét d’l'érghent peurtout !
ROBERT : Ol é vré nout’ évéque , mé jhameis houme de thieur manghe la benasse peur ses larghesses. Vous n’êtes point de thiès prêtres crassous et rapiâs qui gardant tout peur z’eux et ne dounant reun à zeu z’évéque ni à zeu maît’!
L’EVEQUE : De qui étout que tu cause ? Qu’étit don thieu particuyié qu’o  serit en quession ?
ROBERT : Jhe songheri o thiuré Simon, bin gras et bin rond t-en sa parouése!  N’en vouéla in qu’est riche , parié. Jhe seus point envioux d’azar. Encouére a-t-y boutiqué ine affeire qui peuri z’y achaler les thieusses si ol étit beurlandé !
L’EVEQUE : Ah voué don et qu’é tout?
ROBERT : Y l’ a feit pire qu’in yiabe ; y l’a enfouyit en tare bénite le charcoué de sa baurique Martin.
L’EVEQUE : Si thieu est vré, thieu jhontabye biaspfème va grâlé soun’ âme coume ine routie! Le yiabe z’y breule tout soun’ érgent ! Reinard, fazez me quéri thieu thiuré ! Va falouère qui doune des éspyiques !  yieu m’ aghide! Si ol é vré , jhe va z’y feire pauné ine de thiés les amendes, y s’en souvinra !!!
REINARD : jh’y va, nout’seigneur.
ROBERT : Seigneur nout’ évèque  , jhe veux beun eite cartajhé  si thieu s’rit ine ment’rie , étout pas vrai étout, que thieu thiuré Simon vous a point jhameis reun douné ?

LE BEURDINDIN : Vouéla asteur le thiuré Simon , thieu qui désit ine meisse peur le baudet Martin , d’obighé de s’rende peur devant soun’ évêque.  Ricassez dont pas, o z’y pendillait sus l’muziâ d’eite foutu d’hior .

4 teurième et avant deurnier tabiâ

L’EVEQUE : Ghormant , feugnant , ennemi de Yieu, vour étout que t’as mis toun’ âne ? Ol est in grous afront à la Sainte Éyise, coume peursoune n’en fasit jhameis ! T’ a saqué ton bétaire en l’ cémentiere des chrétiens. Peur Sainte Marie , si o s’trouve des preuves de thieu, si ol a des monde qui z’ou avant bireuillé , jhe va , moué te saqué en l’creu d’ine prison. A-t-on jhamais vu ine affeire de minme ?

LE THIURÉ : Mais qu’étout thieu ! O peut se conté bin des chouses , ol est beunaisé de jhargougné des ment’ries . Dounez me t’ine jhornée que je vouéye in houme de loué . Fauri quand minme que je séyisse défendu !
L’EVEQUE : Fazez thiuré, fazez , mais o va chére sus vous-abatis si o s’trouve qu’ol est varidique .
LE THIURÉ : Monseigneur ! Peuvez point acrère ine chouse de minme .

[Le thiuré se ranghe in p'tit et meloune ]

LE THIURÉ : Y Ricasse pas nout’ évéque . Me vouéla en in mouveis charré . Mais jhe queneu ine boune émit , ol est ma bourse. Et si o faut faut baillé t’ine amende, al z’ou f’ra ……… faura beun !!

[y s'en va oute part ]

LE BEURDINDIN : Passé ine neut l’thiuré Simon , s’en r’torne o chatiâ de l’évèque . Ol a vingt livres bin sarrées dans son gousset de piâ d’beû : Erghent sounant, o peut reun mésarivé ,

Darnier tabiâ

[Le chatiâ d' l'évêque. Le thiuré entre en scène en soupesant sa bourse. Il la ranghe en s'rendant peur devant de l'assembyiée.]

L’EVEQUE : Thiuré , qu’étout qu’ol a peur vout’ défense , ol é l’mounent d’baillé t-ine éspyique qui teune debout ! ?
LE THIURÉ: Monseigneur, tout bin sonjhé . Jhe veuri athiuché ma conscience; si jh’é démérité, punissez-me, d’érghent oub’ de ma peursoune .

[Le thiuré se rend peur devant l'évêque jusqu'à n'en peuvoir z'y causé t-à l'um'role . Pendant thieu temps y sailli sa bourse de peur en d'souc ses roupilles , à la douce, mais bin en vue dau pubyic ]

LE THIURÉ  [En confeussion] : Tieuque mots s’ran t ‘a suffisance . Mon mistu é bazi bin vieux; jh’avais en l’y in biâ piac’ment , y l’a t’ouvraghé sans jhameis s’pieindre au long de vingt’ an-nées . Yieu me pardoune mes fautes, châ z’ an-née y gagnait vingt sous, o z’y a feit ine chause de vingt lives ! Et, peur point que le yiabe vinjhe l’en-mindre en enfart , y vous les a dounné sus son testament .

[La bourse vouéyaghe de la pougne dau thiuré , jhusqu'en la pougne de l'évèque . Thieu la ranghe vit'ment ]

L’EVEQUE : Que Yieu l’meugnoune ; qu’y z’y pardoune . Prions asteur peur l’âme de thieu bétiau définté .

[L'évêque et son monde s'arrachant d'là]

LE BEURDINDIN : Thieu chéti évêque a t’empouché in p’tit d’érghent dau riche thiuré Peur le cot, le thiuré queuneu l’y,  in p’tit,  d’eite pus larghe , moins rapiâ .
Thieu qui met si p’tit d’érgent sus soun’ affeire craint point qu’al chéyisse en maillochon. Ol é ar’gretabye mais ol é la varité .
Teurjhou étout que le mistu Martin raste por l’étarnité des ânes , in mistu Crétien . Thielle histouére n’en é temoin , vous otes étout vous avez bin vu le payiement s’en faire ….

Paré. …………………………………………………………… Amen ….

Publié dans patoigraphie par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ La dounation dau mistu . ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|