( 8 novembre, 2010 )

la rigouène de l’èvée , à toué , Simounet ‘

Transcription Française consultable ici 

Jh’étions rinque nous out’ deux en thielle  » Chambe funéraire ». Dehiors , o mouillit coume vache qui pisse . T’étit don bin biâ  aveuc ta biouse de biton chérentais et ton chapiâ d’thiu salé sus l’vente.  Tu crampouni ta pipe, mé t’hieu cot ol éti le tuâ  qui s’trouvi sous tes dets et l’forniâ  étit vide, pas étounant qu’t'avit les mains si frèdes !

Jhe seus rasté d’vant toué , aussi sot qu’in drôlard . Qu’ali jh’y dire  ? Jh’ari pu braillé pisqu’ ol avi peursoune , o t’ari foutu en peutrasse . Déjha qu’t'avi la goule tapé coume peur bouqué , qu’ali jh’y dire ? Qu’étout qu’o fali feire ?  Jh’ai bireuillé les bouthiés et les jharbeaux d’fieurs et de ce qu’étit écrissé sus les ribants . La goule m’a peuté peur sailli ine  sotise , jhe veuli dire :  » T’as été gâté ! ».  Gâté ! ?  tu parles d’êtes gâté ! taises tu  don, sotrâ !
Ol avit ine meusique qui pieurait  à couté , ine meusique asprès peur thiés les mouments et thieu bouillard sans fin ni cesse qui feussit l’careau d’la grande pourte  en var . Thielle meusique là nous piaisit, bin meu qu’loute ! Ol é in ar que l’monde de la tare oub’ les marins queneusant beun . Jhe me seus mis d’assiant dans in fonteuil et coume deux sots qui seriant en fâche , jhe rastions bet coudu . Ol é là , que sus n’ine pajhe vour quo rasté in couté d’bianc  , jhe t’é écrissé, en rimajhant le lignes, peur in cot , peur thiau cot qu’ é rinque le teun :

O mouille en mon thieur,
coume o pieut’ en l’endret.
Tout é gourveille asteur
qui se saque en mon thieur .

Oh! Thiès  » pioques  » de l’èvée
à bas et sus les tubyes !
Peur mon thieur empené,
thiélle rigouène de l’èvée !

Al’ pieure peur qui don
dans thielle vie athiuchée?
Tes uvraghes et ton nom
rastant en ta meison !

Cré bin que jh’seus cauni,
o me bibe, mé  peurquoué
que te vouéla peurti
et que mon thieur  dési…. Que t’é teurjhau ithy !?

Jh’étions encouére rinque nous , et jhe t’é lu thielle affeire , bin sur t’as pas répounu . O m’peupinit d’braillé . Jh’é cruch’té thieu rimaghe peur en d’souc ta photo et en babinotant , m’en doute , jhe te parli  in darnier cot :  » tari feit l’répond qu’o l’étit de la ….fagne  , o m’ari dont bin feit piési . Ayieu Simounet’ , jhe va braillé out’ part mé o s’ra pas d’vant toué ! »

Publié dans patoigraphie par
Commentaires fermés

Pas de commentaires à “ la rigouène de l’èvée , à toué , Simounet ‘ ”

Fil RSS des commentaires de cet article.

|